Avantages et inconvénients du dépistage par cytologie (test de Pap)

Le dépistage du cancer du col de l’utérus comporte des avantages, mais aussi des inconvénients. Le test de dépistage utilisé est la cytologie, aussi appelée « test de Pap ». Vous pouvez décider de passer une cytologie ou non. C’est un choix personnel, qui vous appartient. Voici quelques pistes de réflexion pour vous aider à prendre une décision. Au besoin, vous pouvez en discuter avec votre médecin.

Avantages

Le dépistage par cytologie aux 2 à 3 ans, chez les femmes de 21 à 65 ans, diminue le risque de mourir d’un cancer du col de l’utérus :

  • sur 1 000 femmes qui ne participent pas au dépistage, 10 pourraient mourir du cancer du col de l’utérus;
  • sur 1 000 femmes qui participent au dépistage, 2 pourraient mourir de ce cancer.

Il y aurait donc 8 décès liés au cancer du col de l’utérus de moins chez les 1 000 femmes qui participent au dépistage.

En effet :

  • Le dépistage permet de détecter des cellules anormales sur le col de l’utérus, qui pourraient se transformer en cancer. Le médecin peut ainsi enlever la partie du col de l’utérus qui contient ces cellules avant qu’un cancer se développe. Le dépistage diminue donc le risque d’avoir un cancer du col de l’utérus.
  • Si un cancer est déjà présent, le fait de le détecter plus tôt grâce au dépistage améliore les chances de guérison.

Inconvénients

Malgré ses avantages, le dépistage par cytologie n’est pas parfait.

  • Lorsqu’une femme reçoit un résultat de cytologie anormal, cela indique la présence d’une anomalie sur le col de son utérus. La femme doit alors passer un examen appelé colposcopie. Recevoir un résultat de cytologie anormal et attendre les résultats de la colposcopie peuvent entraîner de l’anxiété. La plupart du temps, toutefois, les résultats de la colposcopie sont normaux.
  • La colposcopie peut causer de l’inconfort et parfois de la douleur.
  • La colposcopie peut révéler la présence de cellules anormales. Ces cellules peuvent se transformer en cancer, mais pas nécessairement. Comme il est impossible de le savoir à l’avance, la partie du col de l’utérus qui contient ces cellules anormales doit être enlevée, par précaution. Certaines femmes peuvent ainsi se faire enlever une partie du col de l’utérus « pour rien ». Cette situation touche plus souvent les femmes plus jeunes, comme le démontrent les tableaux suivants.
    Nombre de femmes qui doivent passer une coloscopie à la suite du dépistage

    Âge de la femme lors du dépistage

    Nombre de femmes qui passent une colposcopie (sur 1 000 femmes dépistées)

    20 à 29 ans

    60

    30 à 39 ans

    26

    40 à 49 ans

    17

    50 à 59 ans

    10

    60 ans et plus

    6

     
    Nombre de femmes qui doivent se faire retirer une partie du col après la coloscopie

    Âge de la femme lors du dépistage

    Nombre de femmes qui doivent se faire retirer une partie du col à cause de la présence de cellules anormales

    Nombre de femmes qui se sont fait retirer une partie du col « pour rien », parce que les cellules anormales ne se seraient jamais transformées en cancer

    20 à 29 ans

    13 (sur 60 ayant passé une colposcopie)

    9 (sur 13 qui se sont fait retirer une partie du col)

    30 à 39 ans

    7 (sur 26 ayant passé une colposcopie)

    5 (sur 7 qui se sont fait retirer une partie du col)

    40 à 49 ans

    4 (sur 17 ayant passé une colposcopie)

    3 (sur 4 qui se sont fait retirer une partie du col)

    50 à 59 ans

    2 (sur 10 ayant passé une colposcopie)

    1 (sur 2 qui se sont fait retirer une partie du col)

    60 ans et plus

    1 (sur 6 ayant passé une colposcopie)

    Moins de 1

  • L’enlèvement d’une partie du col de l’utérus peut faire légèrement augmenter le risque d’accoucher trop tôt lors des grossesses suivantes. Par exemple, une femme ayant subi cette intervention pourrait accoucher avant la 34e semaine alors qu’une grossesse dure normalement 40 semaines. Parmi 100 femmes ayant subi cette intervention, 1 femme risque d’accoucher trop tôt.
  • La cytologie n’est pas totalement fiable. Parfois, le résultat du test peut être normal même s’il y a un cancer ou des cellules anormales sur le col de l’utérus. Certaines femmes qui reçoivent un résultat de cytologie normal peuvent donc se sentir rassurées, mais à tort.

Est-ce que l'information de cette page vous a été utile?


  

Dernière mise à jour : 04 juillet 2017, 15:09

Avis

Inscription auprès d'un médecin de famille Qu'est-ce que le cannabis ? Dépistage du cancer colorectal Dépistage du cancer colorectal Rendez-vous santé Québec