L'itinérance chez les membres des Premières Nations et dans la population inuite

De plus en plus de membres des Premières Nations et d’Inuits se retrouvent parmi la population en situation d’itinérance.

Certaines personnes quittent leur communauté pour aller vivre dans les milieux urbains ou pour y séjourner pendant une période indéterminée. Elles peuvent avoir diverses raisons pour le faire, comme :

  • poursuivre des études;
  • avoir accès à des soins de santé;
  • échapper au manque de perspectives d’avenir dans leur communauté;
  • fuir des problématiques particulières.

Certaines caractéristiques propres à la communauté elle-même peuvent également amener une personne à la quitter, par exemple le surpeuplement, l’insalubrité ou le manque de logements.

En milieu urbain, plusieurs personnes autochtones vivent un choc identitaire et culturel causé par l’anonymat et l’absence d’une vie communautaire comparable à celle de leur milieu d’origine. Cela rend ces personnes vulnérables aux réalités urbaines et augmente leur risque de vivre une situation de pauvreté.

Dans les milieux urbains, les personnes autochtones font aussi face à de nouvelles difficultés propices à l’errance ou à l’itinérance, par exemple :

  • la discrimination;
  • la rupture avec le milieu social et l’isolement;
  • la perte de repères concernant entre autres la langue parlée, la nourriture, la culture et l’identité.

Est-ce que l'information de cette page vous a été utile?


  

Dernière mise à jour : 22 février 2017, 14:08

Avis

Inscription auprès d'un médecin de famille Dépendances Mois de la sensibilisation au radon Restez loin de la grippe